Odéon bâillonné : la préfecture a-t-elle peur des artistes ?

Communiqué du 3 avril 2021.

La préfecture de Police de Paris nous a signifié hier à 19h l’interdiction de rassemblement pour l’Agora prévue aujourd’hui, empêchant de fait tout recours. Cette interdiction prend pour prétexte les contraintes sanitaires et la préfecture nous accuse de déguiser des événements culturels en rassemblements revendicatifs.

Après 31 jours d’occupation, les combats que nous menons commenceraient-ils à gêner ?

Est-ce l’expression d’artistes caribéens prévue aujourd’hui qui dérange ?

Est-ce l’arrivée du cortège des Gilets Jaunes sur la place de l’Odéon qui est vue d’un mauvais œil ?

Sous prétexte de Covid, toute joie est-elle interdite ?

Cette tentative de nous réduire au silence est-elle la seule réponse du gouvernement à nos revendications ?

Notre appel à la convergence des luttes inquiète-t-il en haut lieu ?

Nous ne sommes pas dupes : cette interdiction préfectorale est en lien avec les pressions exercées depuis deux jours dans de nombreux lieux pour que cessent les occupations.

Aujourd’hui, retranché·es à l’intérieur d’un Odéon encerclé par la police, nous réaffirmons notre détermination. Nos occupations sont politiques. Quelles que soient leurs formes, les rassemblements que nous organisons chaque jour depuis le 4 mars sont éminemment revendicatifs.

Nous sommes déterminé·es à poursuivre les occupations tant que nos revendications concernant le secteur culturel, les intermittent·es de l’emploi et l’assurance chômage n’auront pas été satisfaites.

Logo-O-Odeon-Baillon.png