ENFIN ?

Communiqué du 5 mai 2021 - En réponse aux menaces d'expulsion subies par plusieurs lieux et au texte de M.Braunschweig, directeur du Théâtre de l'Odéon : Enfin !

Depuis quelques jours, plusieurs lieux de culture occupés subissent des pressions inacceptables.

Le mouvement social en cours revendiquant, notamment, le retrait de la réforme de l’assurance chômage, la prolongation de l'année blanche pour toute·s les intermittent·e·s du spectacle et de l'emploi, un plan de reprise et de soutien à l'emploi et aux salaires, des droits sociaux pour toutes et tous, la prise en compte des revendications des jeunes, ne se laissera pas invisibiliser par une pseudo annonce de réouverture.

 

Nous ne sommes pas dupes. Qu’elles émanent de certaines directions des lieux occupés ou des autorités locales, ces pressions et menaces n’ont d’autres objectifs que de briser la dynamique sociale et le rapport de force initié·es il y a maintenant deux mois. Par voie d’huissier, comme au TAP à Poitiers, ou par saisine du Tribunal Administratif pour le Forum de Charleville Mézières (ce qui a entraîné la levée de l'occupation), par expulsion comme celle des occupant·e·s de l'Hippodrome de Douai,de l'Opéra Confluence d'Avignon ou du Grand Théâtre de Tours, c’est encore une fois le prétexte de la « sécurité » qui est brandi pour mettre au pas et museler les colères des 107 lieux occupés à ce jour.

 

Ces décisions unilatérales et autoritaires de certaines directions, du gouvernement au travers des préfectures et de certaines collectivités locales risquent de se multiplier dans la perspective des réouvertures très partielles du 19 mai, alors que nous n'avons toujours aucune réponse à nos revendications.

 

Nous, occupant.es de l’Odéon dénonçons les tentatives de casser le mouvement social en cours et apportons notre soutien et notre solidarité aux occupant.es ciblé.es par ces procédures, menaces et expulsions.

 

À ce jour, nous n'avons toujours pas reçu un ferme soutien de la direction à nos revendications mais M. Stéphane Braunschweig, directeur de l'Odéon, vient enfin d'écrire aux abonné·e·s du théâtre. Cette lecture est édifiante : il n'y est pas question de l'occupation en cours, ni de nos revendications. C'est un peu comme si, en parlant de réouverture, il gommait la crise sociale et sanitaire liée pour partie à la gestion gouvernementale de la covid et à la réforme de l'assurance chômage.

 

Circulez, cher public, il n'y a pas d'occupation à voir.

 

Dans ces conditions, M. Stéphane Braunschweig, en refusant de constater l'occupation de l'Odéon et de permettre sa poursuite, causerait, de son seul fait, l'impossibilité de rouvrir.

 

Nous lui rappelons que, voilà 2 mois, nous avons décidé de poursuivre notre occupation tant que nos revendications ne seraient pas satisfaites.

Visuel-2Mois.jpg