La lutte continue au 104, Rejoignez-nous

Communiqué du 25 mai 2021.

Nous sommes entrés à l’Odéon le 4 mars 2021, sans savoir si cette occupation allait durer une nuit ou une semaine et personne n’aurait parié que nous y resterions 80 jours. Dès le 6 mars nous y avons posé nos revendications et le 8 nous lancions cet appel :

 

“Occupons nos lieux de travail pour s’organiser.

Occupons les lieux de culture pour converger.

Occupons tous les lieux où nos vies se décident pour se réapproprier notre avenir.”

 

Un appel dont l’écho a dépassé nos espérances dans le secteur culturel : plus de 130 lieux ont été occupés en France mais aussi en Italie, en Belgique et en Grèce. Une centaine le sont encore aujourd’hui.

 

“Occupons, occupons, ailleurs qu’à l’Odéon, Occupez, Occupez, partout où vous voulez”

 

Nous avons toujours vu l'Odéon et l'occupation comme des outils et non comme des fins en soi. Il a toujours été extrêmement difficile de converger avec les autres luttes et collectifs dans ce lieu, alors que les entrées et sorties n’y étaient pas libres, et ce malgré nos agoras. Depuis l’annonce de la réouverture et le bras de fer engagé avec Stéphane Braunschweig, il était devenu impossible à l’Odéon de s’organiser sur autre chose qu’une guerre de territoire et de communication. Il était temps pour nous de suivre notre propre adage et d’aller occuper ailleurs qu'à l'Odéon.

 

Ce n'est pas la fin du mouvement (nul doute qu'il continuerait même sans nous), c'est une nouvelle page qui s'ouvre avec l'occupation du Centquatre. Une page qui s'annonce plus sereine, sans fouille, sans caméra de surveillance ni micros dans nos salles de travail, sans limite du nombre d'occupants ni restriction sur nos allées et venues. Un lieu ouvert, au cœur d'un quartier populaire de Paris, où nous pourrons accueillir organisations et collectifs pour travailler et s'organiser ensemble. Plus d'une centaine de personnes étaient présentes ce lundi 24 mai pour notre 1ère Assemblée Générale. Ici comme à l’Odéon, notre but n’est pas de bloquer l’activité : l’exposition, les répétitions, le centre de vaccination…

Nous voyons le 104 comme l'outil de la convergence des luttes, cette convergence si nécessaire pour se réapproprier notre avenir et tant redoutée par le gouvernement.

 

Certain.es font le tour du monde en 80 jours, nous avons seulement fait le tour de l'Odéon.

Que le reste du monde se prépare car nous avons l'intention de l'occuper et de faire irruption partout où nous pourrons faire avancer nos revendications et tonner la raison.

 

La lutte ne fait que commencer. Il est encore temps.

Rejoignez-nous.

VisuelOdeon104.png