Mars 21

Mars 21, 24 heures au théâtre de l’Odéon, entre cour et jardin. Quelques minutes de pause dans le couloir, entre les portes d’accès à la salle où se répète une pièce, et l’espace libre et occupé de la grande salle du bar du théâtre. Des mots, des bribes de phrases, de sons, se mélangent. L’expérience nécromantique du metteur en scène d’un côté, procès, enterrement, divorce, un monde passé d’où pointe une nostalgie connue, une expérience de vie de l’autre côté, un collectif en action, qui lutte à faire advenir un autre futur, un printemps inexorable.

 

Valérie, une occupante de l’Odéon.